Nasrin Abu Baker est une artiste polyvalente. Son travail explore son identité et ses racines grâce à des représentations féministes. Elle place la femme dans un contexte sociopolitique généralement absent dans l’art : la femme occupe une place de premier plan et centrale dans ses oeuvres, où elle devient un exemple de force et de détermination. Nasrin Abu Baker emploie les matériaux de son environnement, et tente d’initier un dialogue entre le local et l’universel, mêlant les symboles culturels et les individus. Dans certaines de ses peintures, elle emploie du goudron, dans la tradition de l’école expressionniste allemande. Plus généralement, elle use à profusion d’éléments et de matériaux non conventionnels, tels que la peinture industrielle ou des objets récupérés ou au rebut.

Ses oeuvres confrontent le spectateur à des symboles dépourvus de source précise. Le sentiment d’étrangeté, d’isolation et de peur est renforcé par l’absence de moyen clair d’identification des figures représentées. L’artiste réinterprète et reformule des images propres à l’imaginaire palestinien.

Les travaux de Nasrin Abu Baker sont créés sans perspective, sans arrière-plan et parfois sans cadre, pour provoquer le détachement – une réponse expressive à la situation politique actuelle. Elle use avec ironie et parfois amertume de ses personnages déformés, des membres et des courbes désarticulés qui donnent à sa peinture un air délibérément maladroit. L’artiste examine ainsi la relation entre le fort et le faible, entre la victime et l’oppresseur, entre le présent et l’absent.

Le titre de cette exposition fait référence à la « loi du présent absent » mise en place par le gouvernement israélien après la Nakbah de 1948, et appliquée à nombre de citoyens arabes demeurés sur le territoire devenu celui d’Israël. Il s’agit là de l’un des principaux soucis de Nasrin Abu Baker dans son travail : le statut des Palestiniens et, partant, la question de sa propre identité et de ses origines en tant que Palestinienne citoyenne d’Israël.

Vernissage le samedi 31 janvier 2014 à 18h30, en présence de l’artiste
Facebook Page